• A propos du bruit dans les espaces publics

    A propos du bruit dans les espaces publicsUn espace public très fréquenté a des chances d'être bruyant, surtout s'il est le support d'activités dites festives, au risque d'incommoder les habitants du voisinage qui passent à tous les coups pour des pisse-froid lorsqu'ils font valoir leur droit au calme. Nous avons abordé ce sujet ici en suggérant qu'une ville est peut-être un espace habité avant d'être un décor pour fêtards en goguette.

    Dimanche dernier, deux petites expériences m'ont rappelé le caractère très relatif - et culturel, aussi - de cette notion de nuisance sonore. L'après-midi, je découvre dans un parc de ma ville des panneaux présentant des témoignages d'habitants de quartiers HLM. Sur l'un d'eux, un habitant nous dit qu' "avant, il y avait des animations, des fêtes de quartier. Maintenant, c'est  moins vivant. Certains bancs ont même été enlevés, parce que les gens restaient discuter tard le soir, ça faisait du bruit, il y a eu des plaintes". Un grand classique... Le soir, je regarde le film "Fellini Roma". Il comporte une fascinante scène de rue dans le quartier populaire de Trastevere : c'est la nuit, l'espace est envahi de tables de restaurants autour desquelles se pressent des tribus avec mammas tonitruantes, mâles forts en gueule, mômes braillants, des musiciens, des mendiants... On s'apostrophe d'une table à l'autre, ou d'une table à un immeuble. C'est un joyeux foirail à faire péter les sonomètres, et je ne peux m'empêcher de penser aux malheureux bancs enlevés de la cité HLM pour cause de conversations tardives... Mais la Bretagne n'est pas l'Italie. Et s'il y a moins de bancs dans le quartier, il y a au moins un siège qui est occupé quasiment jour et nuit, c'est celui qui a été apporté par les guetteurs (au demeurant peu bruyants) qui se relaient pour protéger quelques petits trafics. Celui-là n'est sans doute pas près de disparaître.


  • Commentaires

    1
    katell
    Jeudi 8 Mars à 12:36

    expérimenté dans mon quartier : refus par les habitants de voir poser des bancs et des jardinières par la Ville  "de peur" que ça produise de la convivialité (du squat!), alors qu'ils sont déjà été réveillés par le bruit des skates quand les collégiens se rendent à l'école à 8h00. En revanche, les voitures ne les réveillent pas...c'est dur des fois la concertation !

    2
    Apus
    Mercredi 14 Mars à 21:12
    Même expérience que Katell
    A ma demande de tables de pic nic dans le parc devant chez moi les élus de l’epoque ont refusé de peur que cela fasse venir des jeunes...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :