• Espaces de transition public / privé

    Espaces de transition public / privéLes tweets de "monsieur Sociotopes" Alexander Ståhle sont pour moi une source inépuisable d'idées. Aujourd'hui, son tweet du 14 juin me trouble : commentant la photo ci-contre, il considère que "sans limites claires, l'espace public risque d'être occupé par des intérêts et équipements privés. C'est une menace pour la vie publique dans la cité et ses espaces verts".

    A priori je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans la photo. On y voit une sorte d'espace de transition entre l'espace privé à gauche et l'espace public à droite, avec effectivement une présence de matériels privés mais sous une forme qui préserve un usage collectif du lieu. Cette absence de limite entre les domaines privé et public, cette souplesse sont justement ce que l'on apprécie de trouver si souvent en Suède, où barbecues et jeux d'enfants posés dans les espaces publics sont autant d'indices d'utilisation par les habitants. Autant l'absence de limites nettes peut être préjudiciable aux espaces publics en ville, où les pressions des intérêts privés et marchands sont fortes, autant elle peut paraître tolérable voire bénéfique dans le genre d'environnement que l'on voit sur la photo. Cela pose toutefois la question de "l'appropriation" des espaces publics par les habitants, un terme fort ambigu que nous avons eu l'occasion de critiquer ici.

    J'ai demandé à Alexander Ståhle des précisions voire des références documentaires qui lui permettraient d'étayer son jugement, je vous tiendrai informés de sa réponse. Il s'agit là d'un sujet important pour les personnes qui travaillent dans la planification urbaine et les politiques de "trames vertes".

    PS : la réponse est dans la thèse de doctorat de l'urbaniste Eva Minoura, qui fait l'objet de l'article suivant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :