• Espaces pour les jeunes : des idées, des solutions !

    Espaces pour les jeunes : des idées, des solutions !Après avoir travaillé sur les problèmes que connaissent les jeunes avec les espaces publics, les New-Yorkais du mouvement "Yes Loitering" arrivent aux préconisations suivantes, qui peuvent constituer une bonne base pour un cahier des charges :

    1) Impliquer les jeunes dans les projets portant sur des espaces publics. C'est bien le moins que l'on puisse faire, la question étant de savoir jusqu'où peut aller cette implication, de la consultation à la co-décision en passant par la co-construction.

    2) L'équité sociale : l'espace doit pouvoir convenir à des jeunes de tous horizons sociaux et permettre à chacun de ne pas être importuné du fait de son identité. Il est proposé d'éviter dans ce genre de lieu les politiques répressives de type "tolérance zéro", au motif qu'elles peuvent affecter certains groupes de façon disproportionnée... Un sujet particulièrement sensible et qui peut faire discuter, puisqu'il touche à la question de la sécurité, sur laquelle beaucoup de gens ont des idées très arrêtées. Plus consensuelle sans doute est l'idée d'offrir des espaces et des services d'accès gratuit, ou à coût minime, certains de ces services pouvant rester ouverts tard dans la nuit.

    3) La sécurité : nous y voilà. Il n'est pas question de patrouilles de police ou de vidéo-surveillance, lisons plutôt : "La sécurité commune règne quand les gens s'appuient mutuellement pour se protéger contre la violence, au lieu de solliciter la police. Les usagers de l'espace (le texte d'origine parle en réalité de "members of the community", mais c'est quasi impossible à transposer en français !) doivent intervenir pour désamorcer les conflits le plus vite possible. Cela suppose de faire confiance aux jeunes pour gérer leurs affaires, d'impliquer des habitants du voisinage, et si possible ou si nécessaire d'engager quelqu'un pour maintenir le calme par la médiation et non par la force ou la sanction. Il faut aussi un bon éclairage, ainsi que deux entrées et sorties au moins". On pourra évidemment taxer ces propositions d'angélisme ou d'idéalisme, d'autant que pour un lecteur français, elles se basent sur un "sens de la communauté" qui n'est pas vraiment dans notre culture, mais pourquoi ne pas essayer ?

    4) La localisation : plutôt que d'avoir un petit nombre d'espaces spécialement conçus pour les jeunes, il vaut mieux avoir à travers la ville un vaste réseau de lieux où ceux-ci se sentent bienvenus - pas seulement des parcs ou des places, mais aussi des trottoirs, des quais de gares, des espaces libres dans les quartiers d'habitat. Il est bien que ces lieux soient proches des transports publics et établissements scolaires ou d'attractions comme des restaurants, magasins ou cinémas.

    5) La nourriture : la possibilité de se restaurer est très importante pour l'attractivité - le food-truck, par exemple, est un facteur d'animation. L'espace environnant ne doit pas être réservé aux consommateurs, il faut pouvoir rester sans avoir à payer et sans limite de temps.

    6) Les sièges : ils peuvent être formels (bancs, chaises...) ou informels (marches, murets...) et doivent être placés au plus près des flux de passants. La conception des sièges doit permettre à des groupes de converser, d'où l'intérêt des formes en U ou en L. Des chaises déplaçables, des pelouses où on peut s'étendre sont particulièrement appréciables.

    7) Les abris : "pour créer des espaces vraiment inclusifs pour les jeunes, nous devons considérer la manière dont les saisons affectent les lieux où l'on peut aller ou non. Que se passe-t-il s'il pleut ou s'il fait trop chaud ou trop froid dehors ?" Des espaces abrités voire fermés (des locaux dans des bibliothèques ou des écoles, où l'on peut discuter, jouer, écouter de la musique...) sont utiles.

    8) Les activités et événements : il ne suffit pas d'avoir des lieux où aller, il faut aussi avoir des choses à faire, d'où l'utilité des espaces capables d'accueillir des événements spontanés ou organisés, voire aptes à être transformés en fonction des besoins plutôt que d'être assignés à des fonctions pré-déterminées.

    9) Les technologies : un lieu idéal pour des jeunes devrait disposer de la WiFi gratuite et de prises de recharge d'appareils.

    10) Les sports : certains sont particulièrement appréciés des jeunes dans les espaces publics, notamment le skate, qui doit être favorisé et non découragé. Par ailleurs les espaces doivent être conçus pour un usage polyvalent, autorisant plusieurs activités en même temps plutôt qu'une seule.

    11) L'art et la culture : donner aux jeunes la possibilité de créer eux-mêmes - des murs ou des panneaux pour dessiner ou peindre, des possibilités de construire des objets, des espaces pour la musique et la danse...

    12) La maintenance : des poubelles bien visibles, accessibles et attractives, des possibilités de recyclage, des toilettes, des points d'eau - il n'est pas acceptable d'obliger des jeunes à prendre une consommation dans un café juste pour pouvoir accéder aux toilettes.

    Photo : West Side Story

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :