• La rue (suite)

    La rue (suite)Les perspectives sont importantes. Si les gens ne voient pas un espace, ils ne s'en serviront pas. Au centre de Kansas City, il y a un parc qui est placé juste assez haut au-dessus de l’œil pour que la plupart des passants ne s'aperçoivent pas de sa présence ; et le résultat, c'est qu'il ne sert à rien. C'est la même chose pour une petite place ensoleillée de Seattle. Elle serait excellente et sûrement populaire pour s'asseoir, si seulement les gens pouvaient la voir depuis la rue, et ce n'est pas le cas.

    A moins qu'il y ait une raison impérative, un espace public ne devrait pas être enfoncé. Sous réserve de deux ou trois exceptions, les plazas sous le niveau du sol sont des espaces morts. On y voit peu de monde, et s'il y a des magasins, vous y trouvez des fenêtres factices pour masquer des locaux vacants. La rue (suite)A moins que la plaza ne soit sur le chemin du métro, pourquoi y descendrait-on ?  Une fois que vous y êtes, vous avez l'impression d'être au fond d'un puits. Les gens vous voient, mais vous ne les voyez pas.

    Une des meilleures observatrices d'espaces que je connaisse est la danseuse Marilyn Woods. Avec sa troupe, elle a produit d'étonnantes "célébrations" d'espaces publics dans tout le pays. Ces célébrations sont des intensifications de la chorégraphie naturelle d'un  lieu. Il n'est pas très étonnant que les meilleurs endroits fassent les meilleurs spectacles et les publics les plus séduits - Seagram Plaza et Cincinnati's Fountain Square étant en haut de la liste. Il est révélateur que les seuls endroits où ce spectacle n'ait pas marché soient les plazas enfoncées. Woods se rappelle qu'elles paraissaient mortes, comme s'il y avait un mur entre les danseurs et le public.

    Qu'en est-il de Rockefeller Plaza ? C'est un endroit qui marche très bien, et il y a une plaza enfoncée au centre, c'est vrai. Cependant, les gens qui la donnent en exemple ne sont pas conscients de la manière dont elle fonctionne. La plaza est un formidable site urbain, mais sa partie enfoncée n'en est qu'un élément, et ce n'est pas là que sont la plupart des gens. Ceux-ci se tiennent dans les étages d'un amphithéâtre : les gens d'en bas fournissent le spectacle. En hiver, on y fait du patinage ; en été, il y a un café en plein-air et de fréquents concerts. Mais la plupart des gens, environ 80 %, se tiennent en haut, le long des rambardes qui bordent la rue, sur la mezzanine juste en-dessous, ou sur le large trottoir venant de la Cinquième Avenue.

    Certaines villes ont fabriqué des sortes de facsimilés de la plaza inférieure du Rockefeller center, dans un cas aux dimensions exactes d'un anneau de patinage. Mais ce qu'elles n'ont pas copié, c'est l'espace environnant. Elles ont fini par avoir une scène sans théâtre, un trou sans donut. Et elles se demandent ce qui n'a pas marché.

    La plaza de la First National Bank est assez enfoncée elle aussi, à 5 mètres sous le niveau de la rue. Et c'est la plaza la plus populaire de tout le pays, avec plus de 1000 personnes à l'heure du déjeuner par beau temps. Elle marche parce que qu'on a tout fait pour cela - il y a plein d'espace pour s'asseoir, un splendide café en plein-air, une fontaine, des fresques de Chagall, et en général de la musique et diverses attractions à l'heure du repas. Cette plaza a une excellente relation avec la rue. Les trottoirs en sont partie intégrante, et on observe une utilisation secondaire par les milliers de passants. Beaucoup marquent une pause pour regarder ce qui s'y passe. Certains vont descendre de quelques marches, puis un peu plus. Là encore, c'est un amphithéâtre, avec plusieurs galeries de gens regardant des gens qui regardent des gens qui regardent le spectacle.

    Photo du haut : W.H. Whyte. Légende : "Laissez tomber".

    Photo du bas : Rockefeller Plaza (Joachim Jockschat / Alamy).

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :