• Les enfants dans la planification urbaine (suite)

    Les enfants dans la planification urbaine (suite)L'article précédent m'a ouvert des horizons nouveaux, et n'ayant rien de plus urgent à faire, j'ai continué mon exploration comparative des SCOT de l'Ouest. Voici maintenant Brest, avec cinq mentions des enfants sur 512 pages de documents (PADD / DOG / rapport de présentation), soit quasiment une mention toutes les 100 pages ; et Nantes, avec sept mentions (au sujet de la démographie) en 506 pages.  Du côté de Lannion-Trégor, c'est nettement mieux : 44 mentions en 648 pages ; mieux que le SCOT rural du Pays du Roi Morvan (19 / 329 pages).  Toujours pour comparaison, j'ai regardé le SCOT de Malmö, où le terme apparaît 32 fois dans les 80 pages (seulement !) du document. Donc, en résumé :

     - Brest : 1 / 100 pages

    - Nantes : 1,4 / 100 pages

    - Lorient : 1,6 / 100 pages

    - Pays du Roi Morvan : 5,8 / 100 pages

    - Lannion - Trégor : 6,8 / 100 pages

    - Malmö : 40 / 100 pages

    - Östersund : 51 / 100 pages

    On a là trois SCOT français qui sont passés à côté du sujet,  deux SCOT français qui l'ont identifié mais l'ont traité au côté d'une multitude d'autres thèmes jugés plus centraux, et deux "SCOT" suédois dans lesquels le thème des enfants constitue un thème conducteur essentiel. Dans quelques semaines, nous  verrons ce que cela peut signifier de "planifier pour les enfants", comme le propose le "SCOT" de la commune d'Umeå illustré ci-dessus ("Översiktsplan", dont la couverture est par elle-même tout un programme).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :