• Qu'est-ce qu'une continuité piétonne urbaine ?

    Qu'est-ce qu'une continuité piétonne urbaine ?Pour accéder à des espaces verts à partir de chez soi autrement qu'en voiture, c'est à dire le plus souvent à pied, encore faut-il pouvoir disposer de continuités piétonnes. Cette exigence semble élémentaire, et pourtant elle soulève toutes sortes de problèmes dont je commence juste à prendre conscience. Analysant l'autre jour (voir ci-dessous) la complexité des parcours dans ma ville, je me suis aperçu que la méthode fonctionnait parfaitement pour les voitures, puisque toutes les rues leur sont ouvertes, mais pas du tout pour les piétons. On pourrait naïvement s'imaginer que dès qu'il y a une rue à voitures, il y a aussi des trottoirs accessibles aux piétons, mais la réalité est très différente : il y a des voies urbaines sans aucun aménagement piétonnier, des rues sans trottoirs, des trottoirs encombrés par des voitures, des poubelles, du mobilier urbain, des terrasses de café ou des enseignes de commerces, des traversées dangereuses ou impossibles, des Qu'est-ce qu'une continuité piétonne urbaine ?giratoires rebutants pour les piétons, etc, etc.

    Dans ce contexte, par quels critères peut-on définir une continuité piétonne ? Comment cartographier et analyser ces continuités ? Si vous voulez avoir une carte des voies ouvertes aux voitures dans votre commune, il n'y a rien de plus simple à trouver. Mais essayez donc de demander aux services techniques la carte des continuités piétonnes tenant compte des obstacles sus-mentionnés, vous allez vous apercevoir que vous êtes la première personne au monde à faire une demande aussi saugrenue. Vous allez donc devoir faire le travail vous-même, en vous basant d'abord sur les textes en vigueur.

    Le décret du 21 décembre 2006, pris en application de la loi du 11 février 2005, précise que "le profil en travers (des trottoirs) a une largeur suffisante et dégagée de tout obstacle pour permettre le cheminement des piétons en sécurité"; tandis que l'arrêté ministériel du 15 janvier 2007 précise que "la largeur minimale du cheminement est de 1,40 m libre de tout obstacle". Dans son guide "Une voirie accessible" (2006), le CERTU recommande une largeur de cheminement de 1,80 m, voire 2,20 m.  Une autre publication du CERTU (Guide de l'aménagement de voiries, 2002) recommande, "sur tous les cheminements et passages contigus des places de stationnement, de garantir une largeur de cheminement libre aux piétons et particulièrement aux PMR (supérieure à 1,80 m, 1,40 m étant toléré sur de courtes distances)". Nous avons là de bonnes bases de travail pour recenser les continuités, nous pouvons les compléter par l'excellentissime "Global street design guide", qui est une référence mondiale en la matière et propose (voir carte ci-contre) une typologie des cheminements intégrables dans des continuités (pedestrian networks).

    Si vous vous lancez dans ce travail en partant de chez vous, vous n'allez pas tarder à vous apercevoir que la situation est en général catastrophique, et que la plupart des villes ou bourgs de France sont incapables d'offrir de telles continuités à leurs habitants, hormis les hyper-centres dotés de rues piétonnes. En tout cas, même s'il peut exister des réseaux corrects dans certains centres, c'est souvent le désastre dans les périphéries où le stationnement des voitures sur les trottoirs est toléré, voire encouragé. On pourrait évoquer aussi la multiplication des giratoires urbains, qui rallongent les trajets des piétons et augmentent souvent les difficultés de traversée... Dans ces conditions, il apparaît difficile voire impossible d'analyser les continuités de cheminements piétonniers. On mesure l'immensité de la tâche à accomplir, un sujet que connaissent bien tous ceux qui militent en faveur des droits des personnes handicapées.

    (à suivre, pour parler des Plans d'accessibilité (PAVE))


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :